?

Log in

No account? Create an account
 
 
26 September 2008 @ 06:01 pm
Prison Break - L’Image d’ensemble  
Titre : L’Image d’ensemble
Auteur : clair_de_lune
Personnages : Michael, Lincoln
Public : G
Mots : ~ 1480
Disclaimer : Ils ne sont pas à moi. Je les emprunte un instant et les rends dans quelques lignes.
Résumé : Il pensait qu’avec la tombée de la nuit, ça s’arrêterait, qu’ils deviendraient invisibles et que Linc s’arrêterait, mais non.
Notes : Challenge n°0 pour french_fanfics, table 1, prompt #044 Nuage.


« Celui-là ressemble à un chapeau. Une casquette. »

Seigneur.

Michael rattrape l’exclamation juste avant qu’elle ne franchisse ses lèvres.

Ca dure depuis des heures. Depuis la fin de la matinée. Il pensait qu’avec la tombée de la nuit, ça s’arrêterait, qu’ils deviendraient invisibles et que Linc s’arrêterait, mais non. Ils sont juste d’un gris légèrement phosphorescent dans le ciel noir, masquant les étoiles, au lieu d’être simplement blancs sur un fond bleu, et Linc continue. Et continue.

Il a arraché son frère à la chaise électrique.

« A quoi il te fait penser ? »

Il ne répond pas. Il se concentre sur l’idée qu’il a arraché son frère à la chaise électrique et que l’écouter pendant des heures tandis qu’il prête toutes les formes possibles et imaginables aux foutus nuages est un passe-temps bienvenu, un passe-temps dont il devrait être reconnaissant.

« Allez, Mike, à quoi il te fait penser ?

Il se concentre vraiment. Et il est reconnaissant. Et concentré.

« Au jour où les Patterson nous ont emmenés en vacances et où tu as joué à ce jeu pendant environ huit cents kilomètres. »

Ce n’est pas le genre de réponse que Lincoln espérait, il peut le dire sans même avoir à le regarder.

Ils ont décidé de s’arrêter quelques heures, non pour se reposer mais parce que le radiateur de l’épave... la voiture fait des trucs pas normaux et qu’ils ont jugé préférable de laisser le moteur refroidir. Pour autant que quelque chose puisse refroidir dans cette chaleur de four. Si bien qu’ils sont arrêtés dans un champ au milieu de nulle part (nulle part entre le Kansas et le Colorado, en tout cas) et pour la première fois depuis deux jours, Michael s’accorde une pause : il enlève sa veste, sa cravate et défait le premier bouton de sa chemise.

Lincoln défait les trois derniers boutons de sa chemise, les seuls qu’il avait pris la peine de fermer, et s’allonge sur sa couverture, les bras sous la nuque, avec un soupir de satisfaction. Michael se demande si c’est de la provoc’ de sa part et décide de ne pas poser la question. Il est fatigué – fatigué et de mauvaise humeur et à cran. C’est habituellement l’état dans lequel il se trouve quand les choses ne se déroulent pas comme il l’a prévu et il n’a plus une audience l’obligeant à maintenir les apparences. Seulement Lincoln, mais il ne veut pas déverser sa mauvaise humeur sur Lincoln juste parce que celui-ci ne compatit pas à sa situation. Et a la tête dans les nuages.

En outre, avec un peu de chance, les moustiques se chargeront de lui faire regretter ce genre de comportement.

Dix minutes plus tard, il a l’impression que c’est lui qui est en train de servir de plat de résistance aux moustiques. Aux moustiques entre autres.

« Tu es sûr que tu veux dormir là ? demande-t-il à Lincoln.

— Où est-ce que tu voudrais aller ?

— Dans n’importe quel endroit où des insectes non identifiés ne seraient pas en train de passer dans la jambe de mon pantalon pour devenir intimes avec mon mollet, » rétorque-t-il. Il est sérieux, se renfrogne quand Lincoln éclate de rire et il s’efforce de se souvenir que son frère a été à deux doigts de ne plus jamais pouvoir se plaindre de la moindre piqûre de moustique. « La voiture pourrait faire l’affaire, » insiste-t-il.

Mais Linc ne veut pas dormir dans la voiture, bien sûr. D’abord parce qu’ils y sont enfermés depuis deux jours, ensuite parce qu’il a envie, besoin, de l’air extérieur, de l’espace autour de lui ne serait-ce que pour une heure ou deux, et c’est quelque chose que Michael peut comprendre.

« Vas-y, si tu veux, » lui propose Linc.

Il ne dit rien, il ne bouge pas. Il ne veut pas le laisser : il a l’impression d’avoir six ans et de s’accrocher à la main de sa mère, mais maintenant qu’il a récupéré Linc, il le garde à proximité.

Ou peut-être qu’il a l’impression que Lincoln a six ans et que Dieu sait ce qu’il va se passer s’il le laisse s’éloigner.

« Celui-là, fait Lincoln en levant un bras et pointant l’index, on dirait deux ours en train de se battre. »

Michael laisse sa tête retomber en arrière. Ferme les yeux. S’entend laisser échapper : « Oh non.

— Allez, Mike. A quoi est-ce qu’il te fait penser ?

— A des gouttelettes d’eau en suspension. C’est un nuage.

— C’est typique, » marmonne Lincoln. Michael ne peut pas le voir mais il sait que son frère lève les yeux au ciel.

« Qu’est-ce qui est typique ?

— Tu te noies tellement dans les détails et les explications rationnelles que tu n’es même plus capable de profiter de l’image d’ensemble. »

Il se redresse sur un coude, indigné.

« Excuse-moi d’avoir dû engranger tellement de détails pour te sortir de là, Lincoln ! » Il regarde le nuage qui passe au-dessus d’eux et fronce les sourcils. « Je suis parfaitement capable de profiter de l’image d’ensemble. » Mais l’image d’ensemble, pour l’instant, c’est un champ avec des insectes aux moeurs bien trop grégaires à son goût et des nuages bien trop lourds pour qu’il sente en sécurité dessous. « Ca, c’est un nuage. Un simple cumulonimbus.

— Cumulus, corrige Lincoln.

— Cumulonimbus.

— T’es sûr ? »

Lincoln le fait exprès.

« Oui. Ils ne se ressemblent pas. »

Plus tôt dans la journée, oui, ça a été des cumulus. Plus tôt, et plus vers le Kansas que vers le Colorado. Mais we’re not in Kansas anymore, Linc, et les jolis cumulus blancs sont restés derrière eux.

« Et quelle est la différence ? »

Il sait que Lincoln le fait exprès : il semble parfois penser – qui sait pourquoi – que ce genre de comportement fait partie de ses attributions... devoirs... prérogatives de grand frère.

« Les cumulus ne sont pas si épais et... et ils ne se ressemblent pas, c’est tout. »

Il regarde le cumulonimbus au-dessus d’eux, non sans une certaine appréhension ; Lincoln ne semble pas voir le problème. Il n’exclut pas complètement l’idée que Lincoln ne veuille pas voir le problème. Que Lincoln soit prêt à courir le risque pour rester allongé à la belle étoile pendant une heure ou deux.

Il est réveillé une heure plus tard, en plein milieu de la nuit, par un crépitement et la sensation de quelque chose d’humide tombant sur lui. Pendant quelques secondes, Michael a l’optimisme de songer qu’il s’agit peut-être de l’arrosage automatique. Ce qui relèverait du miracle, considérant qu’ils sont dans un champ en friche. Puis il ouvre les yeux et voit un cumulonimbus (pas celui en forme des deux ours en train de se battre, non, celui-là est loin depuis longtemps) déverser son chargement sur eux. Abondamment car ce n’est pas une délicate averse mais une de ces pluies d’été torrentielles. D’autres cumulonimbus, aux formes diverses et variées, l’entourent et le suivent. Une petite armée de cumulonimbus, en rangs serrés, pleins de gouttelettes d’eau en suspension ne demandant qu’à être libérées. Sur Linc et lui. Il essaye de s’asseoir et constate que le sol sous lui, autour de lui, est déjà boueux, les couvertures sur lesquelles ils sont allongés sont trempées.

Près de lui, Lincoln se redresse et a le bon goût de le considérer d’un air légèrement embarrassé. « On pourrait peut-être retourner dans la voiture ? » suggère-t-il.

Parmi les aspects positifs de la situation, estime Michael, il y a le fait que les phares et les essuie-glaces fonctionnent à la perfection, et avec la chaleur ambiante, malgré l’humidité, leurs vêtements vont sécher rapidement (bien sûr, pense-t-il en voyant Lincoln s’agiter inconfortablement sur le siège, ça risque d’être un peu plus long pour le jean de Linc que pour son costume).

Ils roulent sur environ deux kilomètres avant que Michael accepte de reconnaître qu’en dépit de l’assistance efficace des phares et des essuie-glaces, ça ne va pas être possible ; c’est un véritable déluge qui s’abat sur la vieille voiture. Avec un petit soupir de reddition, il ralentit et s’arrête sur le bas-côté. Lincoln baisse la vitre (et la pluie entre aussitôt et tombe sur lui mais Michael suppose qu’il n’est plus à ça près) et étire un peu le cou pour humer l’odeur de la terre mouillée.

« L’autre différence entre les cumulus et les cumulonimbus, juge-t-il nécessaire d’expliquer, c’est que les premiers sont des nuages de beau temps. Pas de pluie avec eux. » Il coupe le moteur et se laisse aller contre l’appui-tête. « Celui-là, reprend-il en pointant du doigt le gigantesque cumulonimbus qui vient dans leur direction, ressemble à un arrosoir. A quoi est-ce qu’il te fait penser ? »

Il sent le regard de Lincoln sur lui, partagé entre l’agacement, l’incrédulité et l’amusement.

« Allez, Linc, à quoi il te fait penser ? »


FIN


4-5 janvier 2007
Ce n'est pas une erreur : je veux bien dire que ça a été écrit début 2007. Quand j'ai dit en publiant Equilibrium que je n'avais pas envie de poster les quelques fics qui me restent... je le pensais.
 
 
Current Mood: relaxedrelaxed
 
 
 
bambie_mag on September 26th, 2008 08:25 pm (UTC)
Sympa et... rafraichissant ce pett OS !

J'imagine l'agacement de Michael et son incapacité à voir simplement les choses comme tous les autres êtres humains !!! Son envie de rationnaliser, de démontrer, prouver, expliquer... est vraiment bien mise en avant ici... et ça contraste bien avec le côté parfois insouciant de Linc. Mais peut-on lui en vouloir alors qu'il était à deux doigt de ne plus jamais voir un nuage de sa vie.

Pour ce qui est de la fin, où Michael se met finalement à jouer à son jeu, c'était très marrant.

Mais est-ce mes yeux douloureux ou mon esprit un peu lent (ce soir je précise !) qui font que j'ai eu un peu de mal à savoir qui parlait ?

En tout cas, j'ai beaucoup aimé. Comme la plupart de tes OS d'ailleurs... Clair-de-Lune tu es un peu comme le roi Middas, tout ce que tu écrits ce transforme en or...
Clair de Lune: pb - brothers2clair_de_lune on September 30th, 2008 06:15 pm (UTC)
et ça contraste bien avec le côté parfois insouciant de Linc.
Dormir à la belle étoile sous de gros nuages gris, ce n'est plus de l'insouciance, c'est de l'inconscience *g* Et Michael ne vaut pas mieux, pour accepter.

Mais est-ce mes yeux douloureux ou mon esprit un peu lent (ce soir je précise !) qui font que j'ai eu un peu de mal à savoir qui parlait ?
Je ne saurais te dire. Je l'ai écrit il y a un petit moment, du coup je ne l'avais plus vraiment en tête et, à la relecture, ça m'a paru relativement clair. Mais... bah, même si ça date un peu, je l'ai écrit, donc un 'tit manque de clarté dans le "qui dit quoi" peut m'échapper ;)

Merci pour le feedback et désolée d'avoir un peu tardé à répondre - je cours après le temps et ne le rattrape pas, en ce moment :p
Cath: misa kissstars_of_tears on October 13th, 2008 11:03 am (UTC)
J'ai vraiment aimé ce petit ficlet. :)
J'aime beaucoup trouver ça dans les fics Prison Break: les caractères de Linc et Michael sont si opposés que cela créé un effet intéressant. Et je trouve ça particulièrement mignon de les imaginer en train de chercher à quoi ressemblent les nuages.

Ca ne te pose pas de problème si je te "friend"? J'aimerais en lire davantage plus tard :)
Fais-en autant si tu veux (même si je suis plus dans le fandom Buffy), mais ne te sens pas obligée, ok? ^_^
Clair de Lune: pb - brothers kidsclair_de_lune on October 15th, 2008 06:57 pm (UTC)
Merci beaucoup pour ton commentaire. Je suis ravie que tu aies apprécié ce one shot.

Et je trouve ça particulièrement mignon de les imaginer en train de chercher à quoi ressemblent les nuages.

Ce qu'on ne ferait pas pour remplir une table de prompts... :-p

Et je t'en prie, "friende". Avec plaisir :-) Je t'ai ajoutée à ma flist aussi - encore que je ne poste pas grand-chose de très personnel : en général, juste quelques chouineries sur mes fics et de temps en temps un meme ;-)
Cath: misastars_of_tears on October 16th, 2008 06:57 am (UTC)
Ca fait du bien de chouiner parfois! :D Ces stupides muses adorent nous torturer! ;)