?

Log in

No account? Create an account
 
 
29 December 2006 @ 09:06 pm
Prison Break - Navigation céleste 1/3  
Titre : Navigation céleste : 1. LJ et Jane
Auteur : clair_de_lune
Spoilers : Saison 2, épisode 13
Public : Tout public
Challenge : n°0 pour french_fanfics
Fandom : Prison Break
Table : 1
Prompt : 037 Etoiles
Notes : Pas de timeline définie, mais au moins post épisode 2.13 The Killing Box.

Parties précédentes / Parties suivantes


1. LJ et Jane

Ils roulent à la lueur des étoiles.

En réalité, ils roulent depuis deux jours, et la nuit passée, ils ont fait étape dans un motel, au grand soulagement de LJ qui rêvait d’un repas, une douche et un lit (pas nécessairement dans cet ordre-là, du reste). Mais ce soir, Jane a déclaré qu’ils ne pouvaient pas s’arrêter et ils ont continué de rouler. Il lui a proposé de conduire, elle a juste eu un petit sourire et n’a pas lâché le volant.

« Je sais conduire, » a-t-il fait remarquer.

Elle n’a pas répondu tout de suite. Elle ne parle pas beaucoup et quand elle parle, c’est par petites phrases laconiques. Sur ce point, elle lui rappelle son père et il se dit que si son père n’avait pas, lors de leur rencontre, commencé par lui donner un coup de tête en pleine figure, ils auraient pu s’entendre. Mais évidemment, les circonstances ont fait que Lincoln s’est montré méfiant, et Jane, prudente. Du moins est-ce ce qu’il a pensé au début. Il a ensuite eu l’occasion de constater qu’en réalité, Jane se montre toujours prudente. Il imagine que c’est pour cela qu’elle est toujours en vie (et lui aussi) et que le type qui a essayé de les tuer, son père son grand-père et lui... ne l’est plus.

Donc, songe-t-il, pour en revenir à son raisonnement, si les circonstances avaient été différentes, son père et Jane auraient pu s’entendre. La situation étant ce qu’elle est, Lincoln a confiance en Jane (il a laissé LJ à la garde de la jeune femme, s’il en faut une preuve) et Jane a une certaine... considération pour Lincoln. LJ soupçonne cependant qu’une partie de cette considération provient du fait que Lincoln est le fils d’Aldo. Il soupçonne également que Jane éprouve une pointe de pitié pour Linc et la situation dans laquelle il se trouve, mais ce n’est pas un sujet que LJ a envie d’aborder. Ni en réflexion, ni en face de son père. Après tout, Jane a été plutôt gentille avec lui au cours des derniers jours, elle est une des rares personnes depuis deux mois à ne pas vouloir le menacer, frapper, tuer ou livrer à la police. Si bien qu’il se sentirait vraiment mal si son père avait envie de lui donner un autre coup de tête en pleine figure.

« Repose-toi, lui dit-elle, tu as besoin de te reposer. »

Il s’agite sur son siège. C’est étrange comme les gens le considèrent parfois comme un adulte (par exemple lorsqu’ils veulent le juger pour meurtre) et parfois comme un gamin (par exemple quand ils veulent pouvoir conduire tranquillement sans lui dire où ils vont).

« Tu conduis depuis ce matin, dit-il, tu ne t’es pas reposée, toi.

- Nos situations sont légèrement différentes. » Elle n’extrapole pas, elle continue de conduire, mais comme elle sent son regard sur elle, elle finit par laisser échapper un petit soupir. Sa main droite quitte brièvement le volant et se pose sur le holster qu’elle porte sous le bras. « Si tu restes tranquille, à l’occasion, je t’apprendrai à t’en servir. »

Il plisse les paupières. Pour le faire tenir tranquille ou le récompenser, sa mère lui accordait des choses diverses et variées, mais il doit avouer que jamais, jamais, sa mère ne lui a proposé de l’emmener dans un stand de tir.

Le souvenir de sa mère lui fait monter les larmes aux yeux et il fait de son mieux pour les ravaler. Il ne peut pas penser à ça maintenant.

Il regarde le profil de Jane dans l’habitacle faiblement éclairé de la grosse jeep et... oh, il suppose qu’elle ne l’emmènerait pas dans un stand de tir, il l’imagine tout à fait en train de faire un carton dans les bois ou dans la cour d’une vieille maison. Si cela n’impliquait pas que Jane le tient pour un gamin, il se dirait qu’elle a des méthodes éducatives pour le moins décalées.

« J’ai déjà tiré avec une arme. » Et il a eu de la chance – toutes proportions gardées. « Je ne suis pas sûr d’avoir envie d’en apprendre davantage, avoue-t-il.

- Ah. Eh bien réfléchis-y pendant que tu te reposes et donne-moi ta réponse d’ici une heure ou deux. »

Elle éteint le plafonnier qu’il a allumé quelques instants plus tôt, comme pour signifier que la discussion est close, puis elle tend la main vers le lecteur MP3. Sans quitter la route du regard, elle joue quelques instants avec les boutons, en vain. Le lecteur est en panne. Il l’a été pendant une bonne partie de leur voyage.

« Tu devais réparer ça, lui reproche-t-elle gentiment.

- Je l’ai réparé.

- C’est cassé de nouveau, LJ. »

Ils roulent à la lumière des étoiles et LJ n’a aucune idée de leur destination, mais de toute évidence, Jane sait parfaitement où ils vont. C’est rassurant de penser que, dans toute cette histoire, quelqu’un se trouvant de son côté sait quelque chose.

-*-


1er-2 décembre 2006