?

Log in

No account? Create an account
 
 
12 November 2006 @ 12:29 pm
Prison Break - Bonne idée : Michael... bis (4/4)  
Titre: Bonne idée - Michael... bis (4/4)
Auteur : clair_de_lune
Spoilers : Saison 2, épisode 4
Public : Tout public
Résumé : La voiture roule et chaque vibration, chaque courbe, chaque irrégularité de la route semble se répercuter sur lui et l’agresser personnellement.

Parties précédentes / Parties suivantes


Les paupières closes, il flotte dans une zone trouble entre le sommeil et la conscience. Il préférerait retomber dans le premier. La voiture roule et chaque vibration, chaque courbe, chaque irrégularité de la route semble se répercuter sur lui et l’agresser personnellement. Il pleut sur le pare-brise, de grosses gouttes rondes, et chaque flop de chaque goutte est un petit poignard qui s’enfonce dans son crâne. Il préférerait vraiment arriver à se rendormir mais il ne se plaint pas trop, il n’a plus envie de vomir et Lincoln reste silencieux. Il n’a même pas allumé la radio, Dieu le bénisse. Il lui tend simplement une bouteille d’eau et lui ordonne de boire. Michael s’exécute avec docilité.

La voiture roule et ils finissent par sortir du mauvais temps, le soleil perce à travers les nuages. Le soleil perce aussi à travers ses paupières et c’est un nouveau genre de petits poignards qui s’enfoncent dans son crâne. Pas mieux que le premier. Il rabat la visière de sa casquette sur son visage, mais ça n’aide pas beaucoup. Il sent les doigts de Lincoln lui tapoter l’épaule et au prix d’un effort sans nom, il soulève les paupières et tourne la tête. Le monde autour de lui se transforme en spirale ; quand ça se stabilise de nouveau, il distingue la main de Lincoln lui tendant ses lunettes de soleil. Il les prend et les chausse sans rien dire. Reconnaissant malgré tout.

Au bout de quelques minutes, il parvient à réunir suffisamment ses pensées pour demander :

« Linc... » Oh... même parler est douloureux, sa propre voix semble lui résonner entre les oreilles. « ... la nuit dernière... »

Il n’a pas réellement besoin de regarder pour savoir que son frère sourit, ça s’entend dans sa voix.

« Ne t’inquiète pas, je te raconterai quand tu seras en état d’apprécier l’histoire. »

C’est bien ce qu’il craignait. Tâtonnant un peu, il abaisse le pare-soleil. Même comme ça, les satanés petits poignards continuent de s’enfoncer dans son crâne. Plus jamais, se promet-il, plus jamais, jamais, jamais. C’est la deuxième fois de toute son existence qu’il se fait cette promesse à ce propos et les deux fois, Lincoln était impliqué.

« Mauvaise gueule de bois, hein, Michael ?

- Tu en connais de bonnes ? » réplique-t-il.

Il bouge précautionneusement sur le siège pour trouver une position non pas plus confortable – il n’est pas si présomptueux – mais moins désagréable. Il n’a pas tout oublié, constate-t-il, mais seules des bribes lui reviennent. Il y a est question de batte de base-ball et de café non sucré, de nounours roses et de bassine bleue, de Sara blême de rage et d’escaliers de secours, de lime à ongles et de coussins en soie, et il n’est pas certain de vouloir comprendre. Il se force de nouveau à boire et il pousse un soupir.

« Ce n’était pas une bonne idée. »

Lincoln ne dit rien pendant quelques minutes mais quelle que soit par ailleurs la mansuétude dont il peut faire preuve en cet instant, il est incapable de résister très longtemps avant de prononcer la phrase qu’il a si souvent entendu Michael lui envoyer dans les dents :

« Je t’avais prévenu. »

Il boit de nouveau – l’eau lui fait du bien, même si cela signifie qu’ils vont devoir ensuite s’arrêter environ toutes les demi-heures.

« Pas la visite. Le scotch, Lincoln. Le scotch n’était pas une bonne idée. »

Evidemment, réalise-t-il, la première n’aurait pas eu lieu sans le second. Mais il a la gueule de bois, qu’on ne lui demande pas de raisonner logiquement et de faire preuve de bonne foi pour l’instant.

FIN


25 septembre 2006
 
 
 
(Deleted comment)
Clair de Luneclair_de_lune on November 20th, 2006 09:59 pm (UTC)
Merci ;-)
Le personnage toujours très correct qui se ridiculise, c'est la ficelle un peu facile, mais de temps en temps, j'aime bien être méchante avec les personnages que j'aime bien :-p

tu fais toujours ressortir un certain humour chez les personnages, ça t'évite de tomber dans le genre du drame total

Ooh, c'est gentil ça :-)