?

Log in

 
 
12 August 2007 @ 02:41 pm
Prison Break - Félicité  
Titre : Félicité
Auteur : clair_de_lune
Spoilers : Saison 2
Public : > 12 ans (en tout cas, j’ai fait de mon mieux)
Prompt : niennanou voulait si possible dans le même drabble Michael, Sara, la mention de Lincoln utilisant un verre à dent qui n’est pas le sien, les phrases "Quand la choucroute est trop cuite, elle devient indigeste !" et "Le NY Times ne vaut pas mieux qu'un tabloïd !", ainsi qu’un rating PG-13. Rien que ça. A l’impossible, nul n’est tenu : y’a pas les phrases, hein ;-)
Mots : ~ 960
Notes : Euh... fluff, vaguement AU, certainement OOC... Et vous voulez dire que vous êtes encore là ? Vous n’avez pas eu le bon sens de prendre la poudre d’escampette ? Courageux. Egalement pour le challenge n°0 de french_fanfics, table 2, prompt #026 Heureux
(Le cas échéant, vous pouvez considérer qu’il s’agit d’une scène manquante d’Au fil de l'eau ;-) Ou si vous êtes du genre pessimiste, que c’est une pure fantaisie de Michael, histoire de tenir le coup...)


Il flotte dans une mer de félicité.

-=-

Plus prosaïquement, il flotte dans la mer turquoise des Caraïbes, sur un matelas pneumatique bleu et vert qui dérive près du Christina Rose immaculément blanc, un cocktail de jus de fruit orangé dans une main, des lunettes noires sur le nez, vêtu en tout et pour tout d’un caleçon de bain rouge – le Ciel soit loué, pas de chemise à manches longues – sa peau prenant une couleur dorée entre les tatouages gris bleu. Une pub vivante pour Kodak. Ou Fuji. Enfin, quelque chose comme ça.

Il les entend. Sara sur le pont du voilier, Lincoln nageant paresseusement autour du matelas et le faisant onduler quand il passe un peu trop près ou s’amuse à plonger en dessous. Si son frère le fiche à la flotte, il va... il va... faire quelque chose. Il trouvera bien quoi.

« Je t’ai déjà dit que je ne voulais pas que tu fasses ça ! »

A la façon dont les mots de Sara leur parviennent, clairs et nets, il serait prêt à parier qu’elle est penchée par-dessus le bastingage, les mains en porte voix.

« Elle te parle, » dit-il à Linc. Elle parle forcément à Linc parce que, ainsi qu’il en a eu la preuve voilà quelques heures, il n’y a rien que Sara ne veuille que lui fasse. Mais il va éviter de repenser à ça maintenant.

« Hein ? » demande Lincoln.

Un splash discret indique que Sara vient de plonger. Le matelas pneumatique oscille un peu, mais si c’est Sara qui le fiche à la flotte... C’est très différent, si c’est elle qui le fiche à la flotte. Il a cette image mentale de Sara irisée de gouttelettes d’eau, lisse, salée et glissant contre lui... autour de lui... sous lui... sur lui...

Il s’éclaircit la gorge et bouge un peu sur le matelas pneumatique.

« Mon verre à dent, explique-t-elle avec agacement en refaisant surface près d’eux. Je t’ai déjà dit que je ne voulais pas que tu utilises mon verre à dent. »

Et là, songe-t-il, l’erreur de Linc est d’essayer d’argumenter, au lieu de s’excuser et promettre que ça ne se reproduira pas.

« Tu laisses bien Michael s’en servir.

- Michael le rince, après s’en être servi.

- Exact, approuve-t-il, je le rince, après m’en être servi.

- Faux frère, » marmonne Linc.

Il soulève une paupière.

« Jette un coup d’oeil au tatouage et répète ça, suggère-t-il.

- En outre, ajoute Sara, Michael et moi avons différentes façons d’échanger différents fluides corporels. Le verre à dent n’est que l’une d’elles. »

Il soulève l’autre paupière... d’accord, en réalité, il écarquille les yeux derrière ses lunettes de soleil. Est-ce que ce n’est pas un peu...

« Arghhh ! » s’exclame Lincoln en s’essuyant la bouche d’un revers de main. Puis, pour faire bonne mesure, il plonge légèrement, se remplit la bouche d’eau de mer et la recrache en un petit jet qui manque Sara de quelques centimètres à peine.

... voire franchement déplacé ?

« C’est vraiment dégueu, Sara ! proteste Linc. Pour une femme qui semble si raffinée... »

Oh, il ne l’aura pas comme ça.

« Moins dégueu que mon verre à dent couvert de ton dentifrice. Je suis une femme qui a travaillé pendant trois ans comme médecin dans un pénitencier. Croies-moi, rien de ce que tu as pu voir ou entendre là-bas ne peut rivaliser avec ce que j’ai pu y voir ou entendre. »

Le défi le pique assez au vif pour qu’il se montre plus compétitif que raisonnable (c’est Linc, en somme, songe Michael en avalant une gorgée de jus de fruit) et il demande : « Oh, tu veux parier ?

- Non, les arrête-t-il, non, merci. Si vraiment le verre à dent est un problème, je peux établir un planning et un règlement pour son utilisation, propose-t-il sarcastiquement. Il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas... »

Pour être sincère, il n’est qu’à moitié surpris quand Linc saisit le matelas pneumatique par une extrémité, Sara par l’autre, et qu’ils le font basculer de concert dans l’eau. C’est en général ainsi que ce genre de discussion s’achève. Pour une raison qui le dépasse, le seul truc que sa petite amie et son frère apprécient plus qu’une bonne dispute, c’est se liguer contre lui.

Il se laisse couler, couler, dans l’eau limpide et tiède, puis, quand elle commence à s’assombrir et se rafraîchir un peu, il pousse sur ses bras et nage vers le haut. Il repère les jambes de Sara, s’accroche à sa taille et lui embrasse le ventre, la tire sous l’eau avec lui et l’embrasse de nouveau, cette fois sur les lèvres. Elle a un goût de sucre et de sel à la fois, et il pense qu’il pourrait rester ainsi pendant des heures. Si leurs cerveaux n’avaient pas besoin d’oxygène. Il la sent sourire et glisser contre lui. Voilà. C’est exactement de ça – pour commencer – dont il parlait tout à l’heure.

Quand ils refont surface, hors d’haleine, Linc a rattrapé le matelas (mais pas le verre dans lequel Michael buvait son jus de fruit, celui-ci est sans doute définitivement perdu) et il récupère les lunettes de soleil qui flottent juste à côté.

« Vous savez quoi ? » soupire-t-il avec résignation. Il chausse les lunettes. « Je vous laisse le bateau, je garde le matelas.

- A notre prochaine escale, je t’offre un verre à dent, » lui promet généreusement Michael.

Est-ce qu’il n’est pas un petit frère attentionné ?

Il nage dans la mer des Caraïbes, en direction de sa cabine à bord du Christina Rose, Sara juste devant lui, Linc flottant sur le matelas pneumatique derrière eux.

-=-

Plus symboliquement, il nage dans une mer de félicité.

-FIN-


2 août 2007
 
 
Current Mood: confusedconfused
 
 
 
Lunaluna38 on August 12th, 2007 01:12 pm (UTC)
J'adoooore Karine ! Faut que tu continue les tableaux relié à "au fil de l'eau" parce que c'est un régal tout ça.
En outre, ajoute Sara, Michael et moi avons différentes façons d’échanger différents fluides corporels. Le verre à dent n’est que l’une d’elles.
Je pense que c'est ça qui m'a fait sucombé
Clair de Lune: pb - michael sara 2clair_de_lune on August 12th, 2007 01:27 pm (UTC)
Merci. C'est vraiment un peu trop fluffyesque à mon goût, mais vu certains des trucs que j'ai écrits récemment, ça ne peut pas me faire de mal non plus ^_^

Je pense que c'est ça qui m'a fait succomber
Ah, là, c'est niennanou et pim_ qui sont à blâmer ou à remercier - c'est toi qui voit. Ce serait trop long à expliquer, mais il s'agit une histoire de fluides coprorels de natures diverses échangés entre Kellerman et Reynolds, qui a été recyclée ici.
Lunaluna38 on August 12th, 2007 01:31 pm (UTC)
Kellerman et Reynolds ? Je ne suis pas sûr de vouloir en savoir plus...
Clair de Lune: pb - reynoldsclair_de_lune on August 12th, 2007 01:39 pm (UTC)
lol. Eh bien, en fait, tu lis Cinq endroits où Paul a fêté son anniversaire et tu essayes de repérer les allusions indiquant à quel point Reynolds et lui peuvent être proches ^_^
Clair de Lune: pb - kellermanclair_de_lune on August 12th, 2007 01:42 pm (UTC)
Mince, j'ai posté trop tôt, je termine.

... A partir de là, il y avait eu comme un vrillage de la discussion :*grin*
virginiegalaad: michael et saravirginiegalaad on August 12th, 2007 03:34 pm (UTC)
Vu la journée épouvantable que je viens de passer, c'était exactement ce dont j'avais besoin pour retrouver le sourire.


C'est d'ailleurs amusant entre Tout à la fin et celle-là, on passe d'un extrême à l'autre. Même si je pense que la première correspondrait peut-être davantage à l'ambiance de la série.

Il n'empêche que si tu as évité un nouveau cas de dépression, tu es responsable du sourire idiot apparu sur mon visage *grin*.
Ceal dit, il faudra peut-être que je la relise quand je serais en train de déprimer devant la saison 3 -).
Clair de Lune: pb - michael4clair_de_lune on August 13th, 2007 06:47 am (UTC)
Ravie si ça a pu te remonter le moral ;-)

Au risque de me répéter, tant que la fin de la série ne "les" (tu sais... Michael-Lincoln-Sara-voir Sucre) tue pas, je m'estimerai heureuse. Pour le reste...
chromosome_ascendant_schtroumpfchromo_2003 on August 13th, 2007 01:33 am (UTC)
Ouah, c'est tres... fluff, oui, c'est tout a fait ca^^
Mdr !
Mais bon apres "Tout a la fin", ca ne peut pas faire de mal, hein...

"Jette un coup d’oeil au tatouage et répète ça", m'a fait mourir de rire... c'est assez OOC pour le michael qu'on connait de la serie, mais justement, hors evasion/fuite/Planification, je l'imagine asez bien comme ca...

Hum, pour les trads que tu m'as file, j'ai definitivement pas le niveau^^, alors je vois ca ce soir avec un australien bilingue... j'essayerais de faire attention a ne pas te donner trop d'expression d'ici^^
Clair de Lune: pb - brothers3clair_de_lune on August 13th, 2007 06:52 am (UTC)
Ouah, c'est tres... fluff, oui, c'est tout a fait ca^^
C'et horrible, hein ? *grin* Mais la prochaine devrait être un drabble sur T-Bag, ça changera un peu l'atmosphère.

Le "regarde un peu le tatoutage" me dérange aussi parce que je ne vois pas Michael dire ça, surtout pour quelque chose d'aussi futile. J'ai juste été paresseuse :-p

Ne t'embête pas trop pour les traductions, hein. Comme je te le disais, c'était pour avoir un avis sur l'étendue des dégâts, quelqu'un a déjà accepté de les corriger ;-) Ceci étant dit, c'est vrai qu'un-e anglophone connaissant le français, ce serait l'idéal :-p
Melie-ancolie: veetearlemondrop on August 14th, 2007 12:35 pm (UTC)
Héhéhé, jolie fic! En effet c'est OOC mais bon , j'ai bien aimé quand meme, en fait c'est fou j'aime toutes tes fics (a part peut etre les permiers "Vous Revoir").
Je voulais dire un truc...Heu j'ai oublié, ça va me revenir, mais en attendant :
Vive Prison Break hein! ^^
Clair de Luneclair_de_lune on August 18th, 2007 06:46 pm (UTC)
Merci ;-)