?

Log in

 
 
02 August 2007 @ 02:10 pm
Prison Break - Quand LJ... (Ré-enchanté)  
Titre : Quand LJ... (Ré-enchanté)
Auteur : clair_de_lune
Spoilers : --- (Saison 1)
Public : Tout public
Mots : ~ 625
Prompt : LJ Burrows, « J’ai (il a) passé l’âge de croire au contes de fées. » Pour chromo_2003.
Disclaimer : Pas a moi. Je les emprunte pour quelques lignes et les rends juste après, en bon état.
Notes : Un peu long pour un drabble, mais je ne vais pas m’en plaindre ^_^ C’est posté tel quel, sans beaucoup de relecture (et aucune beta-lecture), il n’est donc pas impossible que je modifie quelques bricoles par la suite. Et ma demande de prompts (juste là : clic) est toujours valable, hein ;-)


Il a passé l’âge de croire aux contes de fées. Définitivement.

***

Quand LJ avait quinze ans, sa mère et son beau-père ont été assassinés sous ses yeux, et il a été accusé du double meurtre. Il s’est retrouvé en fuite, avec à ses trousses la police et, accessoirement, des tueurs à gages. LJ pouvait bien ne plus croire aux contes de fées, il lui a fallu quelques jours pour réaliser à quel point cette histoire allait prendre un tour (encore plus) catastrophique.

Quand LJ avait douze ans, son père a été condamné à mort pour meurtre. LJ pouvait bien ne plus croire aux contes de fées, il n’en reste pas moins qu’il n’a pas avalé le concept de la culpabilité de Papa. Mais il suppose que rares sont les enfants qui croient leurs parents coupables, n’est-ce pas ? Ce n’était donc pas une preuve, et un jury a effectivement décidé que Papa méritait d’être exécuté. Oncle Mike lui a posé une main sur l’épaule et lui a dit d’avoir confiance, mais LJ a décidé que là, il zapperait autant que faire se peut les visites en taule. Il avait déjà donné.

Quand LJ avait huit ans, Maman s’est mariée. Le beau-père de LJ n’était pas un mauvais type, au contraire : même s’il y avait des jours avec et des jours sans, dans l’ensemble, c’était quelqu’un de plutôt décent et gentil. Il était juste dramatiquement incapable de lui préparer des pancakes aux myrtilles dignes de ce nom – d’un autre côté, seul Papa était qualifié pour ça, les pancakes aux myrtilles dignes de ce nom. La présence quotidienne de son beau-père a fait réaliser à LJ à quel point Papa et Maman ne se marieraient jamais. En dehors de ça, si son existence n’avait rien de féerique, elle était relativement agréable.

Quand LJ avait six ans, il a réalisé que Papa et Maman n’avaient jamais été mariés, n’étaient pas mariés et ne se marieraient jamais. Il en avait l’intuition depuis un moment, mais quand il a posé la question et vu les regards embarrassés qu’échangeaient Oncle Mike et Veronica, il en a eu la confirmation. Il n’y aurait pas de mariage, ils ne vivraient pas heureux ensemble et LJ n’aurait pas beaucoup de frères et soeurs.

Quand LJ est avait trois ans, Papa est allé en prison pour la première fois. Enfin, la première fois depuis la naissance de LJ. Pas qu’il se rappelle lui avoir rendu visite, même s’il sait que c’est le cas, mais il a le vague souvenir de murs gris et d’odeurs de poussière et d’humidité, et de Papa lui serrant les doigts assez fort pour lui faire presque mal.

Quand LJ était tout petit, tout bébé, il habitait avec Maman chez ses grands-parents, dans une jolie maison très middle class. D’après ce qu’il a ensuite compris au fil des discussions plus ou moins chuchotées, ses grands-parents surveillaient Maman encore plus étroitement que lui. Quand il y repense, il se dit que c’est peut-être la seule époque à laquelle il a cru aux contes de fées : il se disait qu’un jour, Papa allait bien venir et les sortir de là.

Douze ans plus tard, il attendait encore.

***

Il a passé l’âge de croire aux contes de fées. Définitivement.

Mais quand LJ avait seize ans et un jour [1], il a vu le visage de son père s’afficher sur l’écran de la télé (son père qui aurait dû se préparer à griller sur la chaise électrique), accompagné du mot EVADÉ et du caquètement frénétique des journalistes. Ca ne lui a pas donné une raison de croire aux happy ends, mais la morale de l’histoire, a-t-il songé avec une touche de sarcasme, c’est qu’Oncle Mike n’avait peut-être pas eu tort, quelques années plus tôt, en lui disant d'avoir confiance.

-FIN-


2 août 2007

-----
1. Etant donné qu’entre la saison 1 et la saison 2, LJ est passé miraculeusement de quinze à seize ans, j’en déduis en toute logique que son anniversaire est tombé au moment de l’évasion. Parce que je n’oserais soupçonner les scénaristes de cafouiller avec leurs personnages *grin*

Post scriptum : Le sous-titre, "Ré-enchanté", est un peu étrange... Il vient du fait que j'avais initialement prévu d'intituler le drabble "Désenchanté" - ce qui ne colle manifestement pas avec l'état d'esprit de LJ tout à la fin : j'ai donc simplement adopté le titre inverse ^_^
 
 
Current Mood: satisfiedsatisfied
 
 
 
chromosome_ascendant_schtroumpfchromo_2003 on August 5th, 2007 09:34 am (UTC)
Yaouh !!!

Alors CA, c'est du prompt !!! Du retournement de sujet, aussi, ENORME, mais j'adore !!!

Hum, désolée pour le retard de réponse, je n'étais pas chez moi^^, mais dès que mon cerveau est revenu de Sydney, y'a moyen de t'en demander un autre ?

(je vois pas ce que tu as contre LJ, au contraire, je trouuve que tu l'écrit très bien...)
Clair de Lune: origami - canardclair_de_lune on August 5th, 2007 03:11 pm (UTC)
Merchi beaucoup :-)

Je n'ai rien contre LJ : il ne m'intéresse pas spécialement mais, au contraire de C-Note ou Tweener, je ne le déteste pas. J'ai juste eu un instant *gloups* en voyant le prompt parce que le personnage ne m'inspire généralement pas. Moralité, je suis d'autant plus contente d'être parvenue à écrire la fic :-p
En fait, j'ai vu le prompt tôt le matin, ou tard dans la nuit (je ne sais plus et on s'en fiche), et une fois que j'ai eu commencé, le drabble s'est écrit tout seul *youpi*

Je suis toujours preneuse de nouveaux prompts. Et, avantage non négligeable, ils repoussent le moment où je devrai me remettre à mes (récalcitrantes) fanfics en cours :-p