?

Log in

No account? Create an account
 
 
07 March 2007 @ 06:27 pm
Prison Break - Téléguidé  
Titre : Téléguidé
Auteur : clair_de_lune
Spoilers : Saison 2, épisode 10
Public : Tout public
Notes : Un petit sequel pour Télécommandé. Hélas : j’ai hésité à le commencer et j’ai hésité à le finir parce que ce n’est pas franchement ce que j’ai fait de mieux et je ne l'aime pas. Pas du du tout. Quel que soit le mal que vous puissiez en penser, soyez conscients que ce n'est rien à côté de mon opinion. Cette histoire fait partie de Point de chute.



Jane conduit, le regard fixé sur la route, les mâchoires tellement serrées que sa prémolaire droite va certainement lâcher d’un instant à l’autre.

Michael est assis à la place arrière droite, le regard tourné vers la vitre, et il ne dit rien. Vraiment rien. Il a une capacité à ne rien dire tout à fait exceptionnelle.

Lincoln est assis à la place arrière gauche, le regard levé au ciel (vers le toit de la jeep, en tout cas), et il essaye de détendre l’atmosphère. Considérant la tension dans l’expression de Jane, les épaules de Sara et la posture de Michael, on peut en conclure que ce n’est pas un succès.

LJ est assis entre son père et son oncle et se sent actuellement comme la seconde personne la plus adulte de la voiture. "Seconde" exprimant, en langage correct, qu’il n’y a pas de troisième ; "première" étant Jane qui parvient à supporter la situation et à conduire dans la bonne direction.

Sara est assise à l’avant à côté de Jane (parce que Michael ne voulait pas être près d’elle, mais il voulait encore moins qu’elle soit près de Lincoln) et s’efforce de ne pas s’embarquer dans une dispute avec Lincoln. LJ trouve que Sara a du mérite. S’il était à sa place, et même en étant la seconde personne la plus adulte de la voiture, il aurait du mal à se retenir.

Lincoln raconte cette histoire sur le jour où il a voulu tirer au ball-trap ; ça ne s’est pas bien passé, pas bien du tout. C’est l’anecdote préférée de Michael, celle qui ridiculise sans doute le plus Lincoln sur trente et quelques années d’existence et qui ne manque jamais, jamais, de faire réagir (voire gloser, quand il est d’humeur) Michael. Cette fois, Michael ne tourne même pas la tête pour le regarder, et Lincoln explose...

« Tu avais vraiment besoin de le lui dire ?! »

... et Sara explose...

« On allait... il allait... » Elle se retourne et agite frénétiquement les mains. « J’ai une règle de conduite : je n’embrasse qu’un frère par jour. »

... et LJ se bouche les oreilles, la tête rentrée dans les épaules. Il ne veut plus être la seconde personne la plus adulte de la voiture, il veut être le fils et neveu qui n’entend pas de ce genre de choses.

« Trop d’infos, trop d’infos !

- Tais-toi, LJ ! »

Il ne sait pas trop de qui ça vient au juste, mais il penche pour une suggestion collective (moins Michael qui continue de regarder par la fenêtre).

Sara lance par-dessus son épaule un coup d’oeil à Michael, toujours silencieux et ignorant des autres occupants de la voiture, et elle commence à éprouver un certain... un certain agacement. Il y a eu, l’espace de quelques secondes, une mauvaise coordination des pensées et des actes de Lincoln. (La coordination de ses propres pensées et actes n’a pas été fameuse non plus, pour tout dire.) Elle ne veut rien excuser, mais elle aurait cru que Michael pouvait comprendre ça. C’est un peu la même chose que lorsqu’il lui demandé, lui, de l’attendre tout en réfléchissant à la façon de récupérer la clef de l’infirmerie, dont elle était la détentrice et gardienne : mauvaise coordination. Ca arrive.

Elle commence à éprouver un certain agacement et, dans ce genre de situation, elle est prête à presque n’importe quoi, y compris dire à Lincoln :

« Quand je pense que tu craignais que lui en parler entraînerait une discussion longue, pénible et ennuyeuse... »

Michael tourne la tête dans sa direction mais il ne dit rien.

« C’était un accident, Michael, » intervient Jane d’une voix aussi raisonnable que possible quand ce qu’elle a envie de faire en réalité, c’est les attraper tous les deux... ou peut-être tous les trois, et les cogner tête contre tête jusqu’à ce qu’ils tombent inconscients et se taisent. Et restent silencieux. Jusqu’à destination.

« Je ne comprends pas, lâche Michael, il a trébuché sur quelque chose ? »

Il parle. Pour la première fois depuis deux heures environ. C’est une victoire en soi.

« C’était vraiment un accident, Mike, plaide Lincoln. Ca aurait pu aussi bien être Jane si...

- Hum non, annonce l’intéressée en lui lançant un coup d’oeil d’avertissement par l’intermédiaire du rétroviseur. Votre visage reste à un mètre de distance minimum du mien, notre rencontre première rencontre a suffi à me convaincre de vos talents.

- Le sujet va souvent revenir sur le tapis ? » demande-t-il avec une exaspération qu’il estime être justifiée, dans la mesure où c’est la quatrième fois en quelques heures qu’elle fait allusion à cet incident. Elle ne lui répond pas, elle le regarde de nouveau via le rétroviseur et il comprend que la réponse est "aussi souvent qu’elle le jugera nécessaire". Ca va être un long voyage. Et à ce sujet... « Où est-ce qu’on va, au fait ? »

Michael ne laisse pas à Jane le temps de dire quoi que ce soit.

« Si tu étais venu avec nous au lieu de faire plus ample connaissance avec Sara, tu le saurais. »

Finalement, Linc aimait autant son frère quand il restait silencieux.

« Seigneur, Michael..., commence Sara.

- Tu n’as pas voulu que je vienne, lui rappelle Lincoln.

- Et c’est du temps libre que tu as mis à profit. »

Jane se retourne et les regarde par-dessus le dossier de son siège. Lincoln grimace : il n’est pas du genre chochotte, mais il préférerait vraiment qu’elle garde les deux mains sur le volant et les yeux sur la route, surtout quand elle conduit à 120 sur une route raisonnablement fréquentée.

« Vous savez, leur dit-elle, je crois que j’ai dans le coffre une boîte de cartouches sédatives, je m’en suis servi une fois pour endormir des grizzlis. » Du coin de l’oeil, elle devine un demi-sourire sur le visage de Sara et ajoute : « Et je n’aurai aucun scrupule à tirer également dans les fesses d’une femme, docteur. »

Lincoln ouvre la bouche et, réflexion faite, la referme sans rien dire. Il ne sait pas où ils vont, mais il sait que ça va être un long voyage.

-FIN-


7-25 février 2007

Post scriptum : Le titre... je n’avais vraiment aucune idée pour un titre ressemblant vaguement à quelque chose. Ca se voit, hein ? :-p
Donc, je ne l'aime pas. Mais profitez de l'atmosphère pendant qu'il est temps car la prochaine sera nettement moins joyeuse *sourire sadique*
 
 
Current Mood: coldcold
 
 
 
Alo': PB | super mikealohomoraa on March 7th, 2007 05:57 pm (UTC)
j'ai trop de la peine pour Michael. Il a déjà du mal, mais si en plus big brother Lincoln s'en mêle et que Sara joue à l'anguille... *caline Mike*
Allez courage Michael, fighte !!
Alo'alohomoraa on March 7th, 2007 05:59 pm (UTC)
PS : j'ai trouvé très chevaleresque de la part de Michael de ne pas amener sur le tapis le petit incident avec Veronica :)
(quoique la situation des 2 "couples" n'était pas excatement comparable)
Clair de Lune: pb - veronicaclair_de_lune on March 7th, 2007 09:50 pm (UTC)
Allez courage Michael
*te console* Télécommandé était juste destinée à exorciser certaines choses : je craignais que les relations entre Lincoln et Sara dans "Vous revoir" soient ambiguës et la personne qui l'a 'testée' m'a dit qu'elle s'était effectivement posé la question à un moment. Donc, c'était en partie pour évacuer cette possibilité.
Et c'était en partie pour voir si j'arrivais à shipper Lincoln et Sara. Ce qui n'est pas le cas, et c'est tant mieux ^^

L'incident Veronica est à double tranchant : ça lui permettrait d'égaliser le score, si je puis dire, mais d'un autre côté, il n'est pas en position de monter sur ses grands chevaux, dans ces conditions. Surtout que "c'est lui qu'a commencé". Certes, depuis, il a fait plus que ce qu'il fallait pour se faire pardonner *grin*
Ceci étant dit, j'ai laissé Veronica de côté volontairement parce que ce n'est pas supposé être une fanfic sérieuse : évoquer une petite amie assassinée quinze jours ou trois semaines plus tôt, ça refroidit quelque peu l'atmosphère :-/
Alo'alohomoraa on March 7th, 2007 10:00 pm (UTC)
tu fais bien, effectivement, on peut finir par se demander si elle ne préfèrerait pas le frère moins complexe.

c'est pour cette raison que je dis que c'est "chevaleresque". Il aurait pu être bête et méchant et répondre au coup par un autre, juste parce que ça lui a fait mal. mais il ne le fait pas. good boy

il y a une part de moi (celle un peu tordue qui aime le drama) qui aurait bien aimé que Michael et Veronica ne soient pas interrompus par le coup de fil de Lincoln, ou pire que malgré le coup de fil décident tout de même d'aller plus loin, juste pour voir comment ça aurait été géré plus tard. comment ça aurait ressorti et égratigné le saint Michel, sauveur de grand frère.
Je suppose que cela provient d'une légère frustration : de tous les personnages de cette série, c'est finalement le héros que l'on connait le moins bien. Entre son aura de mystère, le masque qu'il met, son armure de protection et ses problèmes psy, j'ai un peu du mal à discerner qui est réellement Michael.
Clair de Lune: pb - michaelclair_de_lune on March 10th, 2007 11:54 am (UTC)
Je trouve le Michael pré-série un peu paradoxal : d'un côté, son thérapeute dit à Sara que c'est un "sauveur", Sara nous dit / lui rappelle qu'il était impliqué dans des oeuvres de charité, etc. ; d'un autre côté, dans Brother's Keeper... ça ne se voit pas vraiment. C'est peut-être juste une impression que j'ai, due à son comportement envers Lincoln (comportement qu'on peut comprendre, soit dit en passant), mais je ne le trouve pas très "sympathique" dans cet épisode.
Oh, et le sauveur de grand frère est quand même déjà un petit peu égratigné, puisque s'il avait répondu au téléphone... Rien de comparable avec ce que ça aurait donné si les choses étaient allées plus loin avec Veronica (il faudrait que je regarde de nouveau les bonus des DVD, je me demande si initialement, ce n'était pas bel et bien prévu ainsi), mais je ne suis pas sûre que Lincoln soit au courant pour le coup de téléphone ignoré ^^
Alo': PB | tatouagealohomoraa on March 10th, 2007 12:44 pm (UTC)
effectivement, dans la version commentée, ild évoquent la possibilité de pousser les choses un peu plus loin entre Veronica et Michael ; c'est d'ailleurs pour cela que j'en parlais. Je n'arrive pas à déterminer si je suis ravie ou regrette qu'ils n'en aient rien fait. (comme j'aurais bien voulu voir la petite mésaventure avec Nika)

j'ai également du mal à rassembler tout ce qu'on sait de Michael et en faire un seul personnage à peu près cohérent. comme je le disais dans le post précédent, je ne sais pas où commence son masque et où s'arrête son armure, quels sont les bouts de lui qu'ils laissent apercevoir (il y en a des choses à dire sur son tatouage : carte, camouflage, affirmation de ce qu'il est, de ce qu'il a l'intention de faire, pense-bête etc...). Je pense qu'il est possible de tout lier, il faurait juste que les scénaristes s'en donnent la peine. mais malheureusement, Michael est vecteur d'action et ce sont finalement, les autres personnages qui sont peu à peu dévoilés. c'est ce qui me manque dans cette saison2 : des pauses qui s'intéresseraient à Michael, Lincoln, leurs relations. je regrette aussi les interactions avec des personnages qui ne connaissaient pas Michael comme Lincoln, qui ne le comprenaient pas, qui étaient intrigués et nous permettaient de découvrir Michael.

bien sûr que ça l'égratigne, mais en même temps c'est parce qu'il n'a pas répondu au téléphone qu'il est devenu "sauveur de grand frère".

à propos de sa maladie, je me demandais, il n'a pas de traitement à prendre ? il est guéri ? une rechute est-elle à redouter ?
Clair de Lune: pb - brothersclair_de_lune on March 10th, 2007 03:14 pm (UTC)
bien sûr que ça l'égratigne, mais en même temps c'est parce qu'il n'a pas répondu au téléphone qu'il est devenu "sauveur de grand frère".
Ca, c'est une question que je me pose (en dehors du fait que s'il avait répondu, il n'y aurait pas d'histoire, bien sûr :-p) : est-ce qu'il serait allé aussi loin sans le fameux appel, ou bien est-ce que l'histoire de la miraculeuse assurance vie de Maman Scofield + l'innocence de Lincoln auraient suffi ?

Pour ce qui est de Veronica, je crois que je préfère qu'ils s'en soient tenus là. Culpabilité et sentiment de culpabilité débordants incluant Veronica plus complexe du sauveur, ça aurait commencé à faire beaucoup de raisons. En somme, il faut qu'il ait quelque chose à se faire pardonner pour que ce soit "vraisemblable", mais pas quelque chose de trop terrible tout de même de façon à ce que ça reste un brin héroïque :-p

à propos de sa maladie, je me demandais, il n'a pas de traitement à prendre ? il est guéri ? une rechute est-elle à redouter ?
On sait pour le psy quand Sara contacte la compagnie d'assurance et apprend qu'il a atteint son plafond de remboursement : j'en déduis qu'il était toujours suivi, donc qu'il avait toujours besoin d'être suivi, donc que tôt ou tard ça peut lui retomber sur le coin du nez. Mais ça vaut ce que ça vaut ^^

Et je suis d'accord avec toi pour les relations entre les personnages : d'une façon ou d'une autre, la saison 1 parvenait à mieux équilibrer ça.
Alo': PB | mike binoclealohomoraa on March 10th, 2007 05:02 pm (UTC)
je pense également que c'est une bonne chose qu'ils n'aient pas inclu une romance (même brève et arrosée) entre Michael et Veronica, bien sûr que ça aurait fait too much par la suite, mais il y a ce petit fond de titillement... j'aurais été curieuse de voir comment cela aurait influencé les personnages, les tensions que cela auraient pu engendrer entre les deux frères (ce qui est un peu tordu de ma part, puisque je n'aime pas quand les frangin en général, pas juste Michael et Lincoln, se disputent)... oui, en fait, on y revient toujours : j'ai envie d'interactions, d'émotions.


on peut peut-être "espérer" une rechute alors... ça donnerait l'occasion à Lincoln de jouer les grands frères, role qu'il n'a pas tenu depuis longtemps.


(et après, j'ose dire que je n'aime pas les drama *lève les yeux au ciel*)