?

Log in

No account? Create an account
 
 
06 February 2007 @ 07:02 pm
Prison Break - Cette femme, et onze mois  
Titre : Cette femme, et onze mois
Auteur : clair_de_lune
Fandom : : Prison Break
Spoilers : Saison 2 (généralités)
Public : Tout public
Disclaimer : Pas à moi. Je les emprunte pour quelques lignes et les rends juste après.

Prompt : Onze mois après "Cette femme"
Ecrit pour : anna_tarawiel
Le message initial se trouve toujours si jamais...



Elle est clean, elle est sobre et elle n’a pas envie de toucher à la moindre substance potentiellement addictive.

La plupart du temps.

Hier, pour la première fois depuis onze mois, elle est retournée à une réunion des AA. C’est long, en général, onze mois, dans ce genre situation.

Mais il y avait le fait qu’être en fuite avec les flics et des tueurs à gages aux trousses n’incite pas à se rendre dans une salle pleine d’inconnus pour raconter ce qui vous a menée là. Il y avait le fait qu’elle était un peu trop occupée par la fuite elle-même pour penser à autre chose. Et il y avait le fait qu’elle n’avait pas gardé un très bon souvenir de sa dernière réunion, pour tout dire : elle ne se sentait pas capable de faire confiance à... quiconque se trouverait dans la salle.

Et dans ces conditions, c’est plus court qu’il n’y paraît, onze mois.

Elle reconnaît que parfois elle donnerait n’importe quoi pour un peu de morphine, quelque chose à fumer ou un verre de scotch bien tassé. N’importe quoi pour faire taire l’envie, le besoin, qui lui sèche la gorge et lui fait trembler les mains. Mais elle parvient à se souvenir à temps qu’elle n’est plus cette femme.

Elle est la femme qui a vu son existence, son univers, imploser et qui y a survécu. Elle est la femme qui, voilà quelques mois, tirait des lignes droites et épaisses, à la règle, délimitant tout proprement en zones d’influence. Quand les lignes se sont brouillées, les couleurs se sont mélangées et l’image n’a pas été jolie à voir. Quand les lignes ont commencé à se reformer, elles étaient fines et courbes et tracées à main levée ; elles sont restées ainsi. Plus réaliste, sans doute. Elle n’a plus autant de certitudes qu’avant, elle a en revanche des certitudes plus profondes et mieux ancrées, et elle sait jusqu’où elle peut aller pour les défendre et les protéger.

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Le concept est philosophiquement romantique, et psychologiquement... c’est une connerie de la plus belle eau. Elle a depuis longtemps passé l’âge de trouver une quelconque dimension romantique dans la souffrance ; elle ne se sent pas plus forte d’avoir été utilisée, malmenée, traquée, pourchassée, brutalisée, poussée à faire des choses qu’elle n’aurait jamais envisagé de faire en un millier d’années, et d’y avoir survécu. Elle se sent juste rescapée, elle se sent juste capable d’en réchapper de nouveau. Elle a perdu dans le processus une part non négligeable de son intégrité physique, morale et émotionnelle, et elle sait qu’elle en perdrait une autre part – elle ignore dans quelles proportions – si elle devait repasser par là. Ce n’est pas une perspective plaisante. Elle ne voit pas en quoi se perdre petit à petit fait d’elle quelqu’un de plus fort. Ca fait d’elle quelqu’un de différent, ça relève de l’évolution, et c’est tout.

Elle avance sur une corde tendue au dessus d’un précipice dont elle ne voit pas le fond, mais elle tient bon.

Parce qu’elle sait que Lincoln est innocent et qu’elle comprend pourquoi Michael a employé de telles méthodes. Elle n’excuse pas, elle comprend, et elle accepte ses propres faiblesses, qui ont permis à Michael d’obtenir ce qu’il voulait. Elle n’est seulement plus tout à fait convaincue qu’il ait s’agi de faiblesses de sa part : elle a la vanité de penser que, quelles qu’aient été ses motivations, elle a fait ce qui devait être fait.

Parce qu’elle ne pourra jamais oublier l’expression de Michael lorsqu’il s’est excusé pour la centième fois et qu’elle a balayé ses paroles d’un geste de la main. Il est navrénavrénavrépardonsara. Elle a compris, ça ne change rien, les dégâts sont là, elle a décidé qu’il était temps de ramasser les morceaux qui pouvaient l’être et de passer à autre chose.

Parce que les lignes sont plus fines et sinueuses et claires que jamais : elle sait qui se trouve du bon côté, et elle sait que tout le reste est un camaïeu de gris pouvant aller jusqu’au noir encre.

Elle est clean, elle est sobre, elle est endommagée mais en vie : elle est cette femme, et réflexion faite, ça lui convient tout à fait.

La plupart du temps.

FIN


1er-4 février 2007

Post scriptum : Pour tout dire, je ne suis pas follement heureuse de cette fanfic (elle m'a donné plus de fil à retordre que je l'aurais pensé), mais j'ai malgré tout un petit faible pour elle car il s'agit d'un sequel de ma toute première fanfiction sur Prison Break *soupir attendri*
 
 
 
Nanouniennanou on February 7th, 2007 11:01 am (UTC)
Oh Karine est toute émotionnée, si c'est pas mignon ! ^^

Elle est très bien cette fic !
Clair de Lune: s.w.calliesclair_de_lune on February 7th, 2007 05:30 pm (UTC)
Oh Karine est toute émotionnée, si c'est pas mignon ! ^^

Mais euh ! Ca devait faire environ deux ans et demi que je n'avais plus écrit de fanfics, j'étais contente d'arriver à m'y remettre :-D

Pour le reste, je fais un copier-coller de ce que j'ai répondu à Anna sur le site parce que, ben je suis paresseuse et la réponse est la même : faut pas faire attention, j’ai presque toujours un truc à reprocher à mes fics : pour celle-ci, je trouve que c’est un peu "sommaire" *grin*

(Deleted comment)
Clair de Lune: pb - saraclair_de_lune on February 7th, 2007 10:14 pm (UTC)
J'ai refait un tour dans le "dramatique" pour celle-ci, je voulais rester dans l'esprit de la fanfic de base :-p Ceci étant dit, je ne la trouve pas si triste que ça : l'idée était que Sara est encore marquée mais plus ou moins "apaisée" (la plupart du temps *grin*)

mais si tu préfères la réécrire ... je veux bien lire la deuxième version aussi !
lol, merci mais en général, je ne réécris pas une fois que j'ai mis en ligne. A la limite, je change quelques mots mais c'est tout. Même quand j'ai des trucs à leur reprocher, je me suis attachée à elles et je ne veux plus les modifier *lève les yeux au ciel*