?

Log in

No account? Create an account
 
 
11 June 2008 @ 05:30 pm
Prison Break - En construction  
Titre : En construction
Auteur : clair_de_lune
Personnages : Michael/Sara
Rating : R
Mots : ~ 1800
Avertissements : Fluff, PWP
Disclaimer : Ils ne sont pas à moi. Je les emprunte un instant et les rends dans quelques lignes.
Résumé : Ils ne cherchaient pas une maison. Ils n’évitaient pas non plus de chercher. Pour tout dire, la question n’avait pas été posée, même s’ils pensaient tous les deux que ce n’était qu’une question de temps.
Notes : Pour luna38 qui voulait un happy end pour Michael et Sara. J’ai mis le temps, mais tout finit par arriver ;)
Vous pouvez, si ça vous chante, considérer qu’il s’agit d’un prequel à Entre les lignes.


« Il y a une maison sur la plage. A vendre. On pourrait aller voir. »

Sara a prononcé les quelques mots à mi-voix, sans hésitation et sur un ton trop détaché pour que la suggestion soit vraiment anodine. Ils ne cherchaient pas une maison. Ils n’évitaient pas non plus de chercher. Pour tout dire, la question n’avait pas été posée, même s’ils pensaient tous les deux que ce n’était qu’une question de temps. Elle a conduit une bonne heure avant qu’ils n’arrivent à destination. Il préfère généralement tenir le volant, il préfère généralement contrôler tout ce qu’il est en mesure de contrôler, mais il a profité de la balade, de la présence calme de Sara à côté de lui.

* *

Il reste immobile pendant quelques secondes sur le bord du chemin, une main encore sur la portière, l’autre en visière pour se protéger les yeux. Le jardin – ce qui a sans doute été un jardin derrière la grille rouillée – est envahi d’herbes folles. Les vitres, quand il y en a encore, sont brisées. Les murs ne semblent pas avoir été repeints depuis la construction de la maison. Un trou de deux mètres de large s’ouvre dans le sol de la véranda : il est prêt à parier qu’une famille de quelque chose a colonisé la cavité et il espère que ce sont des chats plutôt que des rats.

Sara ouvre la porte d’entrée et il la suit prudemment, réfrénant son envie de la tenir par le bras au cas où le plancher cèderait sous elle. L’intérieur n’est pas en meilleur état que l’extérieur et il ne se demande plus, à présent, pourquoi l’agent immobilier n’a pas jugé nécessaire de les accompagner : ce n’est pas comme s’il pouvait effectivement espérer vendre.

« Viens, dit-elle en lui tendant la main. Je veux te montrer quelque chose. »

Il saisit la main offerte, d’autant plus soulagé de pouvoir tenir Sara quand elle s’engage dans l’escalier branlant qui mène au premier étage. Elle remonte un couloir poussiéreux au bout duquel elle pousse une porte.

La pièce est grande et tiède, baignée d’une lumière dorée, avec des fenêtres qui offrent une vue plongeante sur l’océan à quelques dizaines de mètres de là à peine. Il cligne des paupières. L’odeur de poussière se mêle ici à celle de l’air marin et seul le bruit du ressac trouble le silence. Quelque chose, une atmosphère tranquille, une sérénité imprègne les lieux. Dieu sait que la sérénité est un aspect non négligeable. Il souhaiterait juste pouvoir la trouver ailleurs que dans une vieille baraque susceptible de leur tomber sur le coin du nez d’un instant à l’autre.

Quand il se retourne, c’est pour découvrir Sara adossée à un mur, au centre d’un rectangle de lumière. Elle le regarde en souriant et lui dit d’une voix assurée : « Ici. » Lentement, sans le quitter des yeux, elle lève les mains et commence à ouvrir sa chemise, les petits boutons cédant les uns après les autres sous ses doigts. Elle ne porte rien dessous et il déglutit difficilement en apercevant, entre les deux pans de lin blanc, le renflement de sa poitrine, l’à-plat de l’estomac, la courbe délicate du ventre. Une fois, dix fois, vingt fois : il se demande si ça cessera un jour mais pour l’instant, sa réaction est toujours la même.

« Ici ? demande-t-il.

- Il y a des fenêtres à l’est et à l’ouest, explique-t-elle calmement en désignant les ouvertures béantes sur sa gauche et sa droite. En mettant le lit contre ce mur... » Elle défait la ceinture de son short et laisse le vêtement glisser le long de ses jambes. Il le suit machinalement du regard puis remonte très vite le long des cuisses à peine hâlées vers le ventre de Sara et, okay, rien sous le short non plus. Il se dit que ça commence à ressembler à un piège. Non qu’il n’ait pas envie de plonger dedans tête la première. « ... on pourra voir le lever et le coucher du soleil.

- Vraiment ?

- J’essaye juste de t’aider à te représenter la situation.

- Ca fonctionne, » lui assure-t-il avec un sourire.

Le coup d’oeil en direction de son entrejambe est délibéré et appuyé. « Je vois ça. »

Il ne sait pas exactement comment il se retrouve à genoux devant elle, le visage contre son ventre, son tee-shirt expédié dans un coin de la pièce. Il sait juste qu’il embrasse et caresse, bouche et doigts glissant délicatement – à peine un instant avant qu’elle ne murmure avec impatience, « Pas maintenant... » et il se relève. D’accord. Il y a ces fois où c’est long, les regards, caresses et baisers semblant vouloir s’étirer sans fin, et il y a celles où il a à peine le temps de réaliser ce qu’il se passe – elle lui balance dans ces cas-là un « Suis le mouvement, Scofield ! » accompagné de ce demi-sourire rappelant qu’elle peut décidément ne pas être une gentille fille. De toute évidence, c’est une de ces fois où il est supposé suivre le mouvement. Pas de problème.

Les mains de Sara glissent de ses épaules vers son torse et son ventre ; ils s’y mettent à deux, se gênant l’un l’autre, pour ouvrir son pantalon et baisser juste un petit peu son caleçon. Elle lui enroule les bras autour du cou, les jambes autour de la taille et creuse les reins quand il s’enfonce en elle. Roule un peu des hanches, négligeant les lattes du plancher qui couinent et le mur qui proteste, derrière elle, sous leurs poids conjugués. Ca lui occupe l’esprit pendant une fraction de seconde, puis elle l’embrasse, lui glisse sa langue entre les lèvres, et il songe que, au diable le plancher et les murs, ils tiendront bien le coup quelques minutes encore.

« Qu’est-ce que tu en penses ? » demande-t-elle dans un souffle.

Il la regarde sans comprendre et... d’accord, ce n’est pas tout à fait vrai. Il ne la regarde pas elle, il regarde les seins pressés contre son torse et il sent ses doigts le picoter à l’idée de les toucher, les caresser. Mais il a les mains sous les cuisses de Sara, la tenant, la soutenant, et il ne peut pas la lâcher, ne veut pas prendre le risque de la laisser tomber ou de briser l’étreinte. Il fait juste un peu glisser ses pouces, appréciant la sensation de la peau veloutée contre le sienne.

« La maison, reprend-elle. Qu’est-ce que tu en penses ? »

Elle lui adresse un sourire si rayonnant, il hésite à lui dire ce qu’il pense vraiment. Il s’éclaircit la gorge et se décide pour un très diplomatique : « Elle a du potentiel. »

Le sourire rayonnant se transforme en un éclat de rire qui provoque des sensations intéressantes, un peu plus bas. Il serre les mâchoires, crispe les doigts sur les cuisses de Sara, mais ne peut retenir un coup de reins un peu plus brutal qui la plaque contre le mur. Elle laisse échapper un petit son étrange.

« C’est une ruine, Michael ! »

Il soupire de soulagement et de plaisir tout à la fois.

« Tout est à refaire, approuve-t-il.

- Je sais. J’ai pensé qu’on pourrait la mettre en état. Ensemble, précise-t-elle inutilement. Tu es ingénieur. Tu as l’habitude. Je suis médecin. »

Il n’a pas les idées très claires, il veut bien le reconnaître. Quelque chose à voir avec la façon dont Sara caresse tout ce qu’elle peut atteindre, se presse contre lui et continue de lui mettre ses seins – qu’il ne peut toujours pas toucher, soit dit en passant – sous le nez. Il n’a pas les idées très claires, donc, mais il ne voit pas vraiment ce que le fait d’être médecin vient faire dans l’histoire. « Tu veux... quoi ? lui poser des sutures ?

- Je veux dire que je sais me servir de mes mains. »

Oh. Indiscutablement. Il ne la contredira pas. Elle se contracte autour de lui, lui donne une tape sur les fesses et il réalise qu’il a dû dire ça tout haut. Il ne s’excuse pas, c’est la vérité.

« Si les fondations sont saines et que la charpente est..., » commence-t-il. Mais, de toute évidence, elle a décidé qu’ils ont suffisamment évoqué l’état de la maison parce qu’elle penche la tête sur le côté pour qu’il puisse nicher le visage dans son cou. Elle tire sur le pan de sa chemise pour dénuder davantage son épaule et – ce n’est pas sa poitrine, certes, mais c’est attrayant aussi – il mordille et embrasse la peau satinée.

« Il y a de quoi faire des chambres d’amis pour Lincoln et LJ, halète-t-elle dans son oreille. Et même pour Fernando.

- Où ça ? »

Elle désigne d’un geste vague de la main un endroit quelque part derrière elle. « Complètement de l’autre côté. »

Puis elle ne parle plus. Plus du tout. Elle enroule un peu plus étroitement les jambes autour de ses hanches et se serre contre lui. Elle l’étreint comme si elle s’efforçait de l’attirer encore plus près d’elle ; objectivement, ce ne doit pas être possible mais loin de lui l’idée de la dissuader d’essayer. Un bras lui enserrant la taille, une main sous ses reins, il bouge lentement, les va-et-vient intenses et profonds, calqués sur les roulements de bassin de Sara. Il la regarde basculer la tête en arrière, yeux clos et bouche entrouverte sur un soupir.

Pas d’explosion brutale de plaisir ni de tremblements à n’en plus finir quand elle lui embrasse doucement la gorge et chuchote son prénom. Juste un frémissement et une sensation de quiétude, de plénitude, comme un vide finalement comblé. Il la sent sourire dans son cou, chuchoter qu’elle aime cette maison. Lentement, elle laisse ses jambes le relâcher et il l’accompagne tant bien que mal tandis qu’elle retombe sur ses pieds.

« Les murs sont plus solides qu’ils n’en ont l’air, remarque-t-il avec un petit sourire en coin.

- Prétentieux. » Le mot est à peine plus qu’un soupir contre son épaule ; il s’achève dans un baiser léger qui dément la critique.

Le soleil qui entre par les fenêtres dépourvues de vitres lui chauffe doucement le dos et s’engouffre dans les cheveux en bataille de Sara. Il l’enlace et murmure son contentement quand elle lève la tête vers lui pour l’embrasser. Il lui faut – il leur faut – un bon moment avant de se décider à bouger.

* *

« Mettre la maison en état ensemble, remarque-t-il tandis qu’elle démarre la voiture et s’engage sur le chemin de terre. La métaphore est... »

Elle sourit sans le regarder, concentrée sur la route cahoteuse.

« ... peu subtile ?

- ... intéressante. »

Il profite de la balade retour pour réfléchir aux travaux à entreprendre.

-FIN-

Les commentaires sont toujours bienvenus ;)

9-10 juin 2008

Notes de fin : J’ai vaguement envisagé d’écrire une fic NC-17, puisque la destinataire a maintenant officiellement le droit d’en lire ^_^ mais bien sûr, je me suis lamentablement dégonflée. On va dire que le NC-17 ne s’accordait pas trop avec le côté fluffy de la chose.
 
 
Current Mood: bitchybitchy
 
 
 
Lunaluna38 on June 11th, 2008 03:45 pm (UTC)
trés trés classe ma foi. Trés trés bon cadeau d'anniversaire aussi. Du pwp fluff, j'avais jamais expérimenté (même en light). *luna aime*
Bien entendu, si tu fait un OS sur ce que devient la maison, je te soutiendrais moralement. Mais loin de moi l'idée de te forcer, j'ai déjà eu mon cadeau !
*part archiver la fic dans ses favori*
Clair de Lune: pb - michael sara 2clair_de_lune on June 13th, 2008 05:27 pm (UTC)
Du pwp fluff, j'avais jamais expérimenté
C'est un mélange un peu étrange :-p
L'aspect PWP vient du fait qu'initialement, je voulais en écrire un, euh, vrai, puisque tu as maintenant officiellement le droit d'en lire. Me suis dégonflée, évidemment.
L'aspect fluff, c'est à cause de la première phrase - Il y a une maison sur la plage. - qui ne voulait pas me laisser tranquille et appelait, à mon avis, du fluff de toutes ses forces.

Bien entendu, si tu fait un OS sur ce que devient la maison, je te soutiendrais moralement.
Ah, mais comme, je le disais en notes, Entre les lignes peut faire figure de sequel *paresseuse*

En tout cas, merci d'avoir demandé du Michael/Sara, c'est le premier que j'aie véritablement écrit depuis des mois ;)
Lunaluna38 on June 13th, 2008 06:58 pm (UTC)
Je suis contente de t'avoir débloqué ma foi.

Dit-moi, c'est totalement hors-sujet mais tu regarde Kyle XY ? Parce que je cherche desespérément des fics françaises sur Tom Foss. Et tout ce que je trouve, c'est soit anglais soir slash (avec Kyle. Mais genre, avec le type le plus hétéro de la planète !)
Je sais, je pourrait faire l'effort de lire anglais. Mais pour le debut, je préfère attaquer le fandom par la cote française.
Clair de Luneclair_de_lune on June 13th, 2008 08:04 pm (UTC)
Non, désolée, pas de Kyle XY pour moi ;)
(Anonymous) on June 11th, 2008 07:20 pm (UTC)
Bambiemag
*happy* oh la la c'était super !! !tu peux pas savoir comme je suis rassurée de voir que tu écris encore sur du Mike/Sara !!! C'était tout en finesse pour la description d'un moment très hot entre eux d'eux.
Je ne les avais pas imaginé capables de ce genre de folie (faire l'amour dans une ruine je veux dire, pas faire l'amour tout court !) Mais en tout cas je note que Sara a un sens de la persuasion très... persuasif ! lol...
En tout cas j'aime le fait que cet instant soit tout plein de complicté et d'humour...
Tu as du talent pour ce genre de chose Clair-de-lune !!! Il faudrait vraiment que tu en écrives plus (quoi je n'y peux rien si je suis accro au fluff !)
En tout cas, d'accord avec Luna, je te soutiens aussi pour une petite suite dans laquelle on verrait Sara se servir de ses mains et Michael plannifier les travaux !!
Clair de Lune: pb - michael sara 2clair_de_lune on June 13th, 2008 05:28 pm (UTC)
Re: Bambiemag
Les têtes en boîte et les développements à venir ont pas mal stoppé mes élans, ou du moins, mon envie d'écrire sur ce "couple". Et j'ai aussi l'impression que sans savoir ce qu'il va se passer ensuite, je ne vois pas trop par quel bout m'y prendre. Du coup, je suis d'autant plus contente d'être parvenue à écrire un petit truc.

Mais en tout cas je note que Sara a un sens de la persuasion très... persuasif !
Oui. Enfin. Hum. Ce n'est pas comme si elle avait eu *besoin* de faire preuve de beaucoup de persuasion ^__^

Comme je le disais à luna38, Entre les lignes peut tenir lieu de suite. Non ? :-p

Merci beaucoup pour ton commentaire ;-)
Cybèle Adamcybeleadam on June 11th, 2008 08:20 pm (UTC)
J'adore toujours autant ton style. ^_^ (Et peu importe que je n'aie pas su avant qui était Sara. ^_~) C'est pas mal de lire un peu autre chose que du slash, aussi - ça change ! lol (Et franchement, je préfère comme ça que si tu avais vraiment fait du NC-17. Là, ça reste mignon. Plus détaillé, ça deviendrait "choquant".)
Clair de Lune: pb - michael saraclair_de_lune on June 13th, 2008 05:29 pm (UTC)
Oh, coucou ! J'ai été étonnée de te voir là, j'étais sur le point de te demander si tu ne t'étais pas trompée de fic ;)

Et franchement, je préfère comme ça que si tu avais vraiment fait du NC-17. Là, ça reste mignon. Plus détaillé, ça deviendrait "choquant".
J'ai un peu la flemme d'y réfléchir (où va se nicher la paresse !) mais j'ai parfois l'impression que le rating va de pair avec la série, voire avec le couple concerné. En l'occurrence, j'ai du mal à imaginer écrire quelque chose de plus explicite les concernant - outre le fait que je cale de toute façon passé un certain rating.
Ceci étant dit, en général, je ne dépasse pas le R. Il n'est pas impossible que certains slash en anglais s'approchent du NC-17, mais je suis trop trouillarde pour les étiquetter ainsi :-p

Et merchi :D
Cybèle Adam: Emi Val papillonscybeleadam on June 14th, 2008 02:42 pm (UTC)
lol Quelle réputation j'ai ! (Evidemment, c'est à cause de ma communauté.) Je suis une slasheuse, certes, mais pas uniquement (la preuve: parmi les danseurs dont je suis fan, mon couple préféré est Valentin/Emilie). Et, comme c'est ton style qui me plaît avant tout, il n'y avait vraiment aucune raison que je ne lise pas cette fic - surtout que, pour une fois, j'avais le temps au moment où j'ai vu le post. C'est surtout ça qui est déterminant, en fait: j'aime particulièrement le style de l'auteur et j'ai le temps de lire tout de suite -> pas d'hésitation. (Sauf si c'est encore un fandom auquel je ne connais réellement rien. Mais dans ce cas-ci, j'avais quand même fini par en savoir juste assez sur un des personnages pour me dire que je devrais arriver à suivre. ^^)

j'ai parfois l'impression que le rating va de pair avec la série, voire avec le couple concerné
C'est bien possible... Evidemment, certaines personnes sont capables d'écrire n'importe quoi sur n'importe qui mais, quand on tient à la vraisemblance et qu'on a en tête une idée précise des personnages, on peut en effet trouver que certains ratings ne leur conviennent pas. Ça me semble assez logique.
Clair de Lune: roseclair_de_lune on June 14th, 2008 03:31 pm (UTC)
lol, ne t'en fais pas, je plaisantais. Je ne voulais pas avoir l'air "moqueuse" ;) et je crois me souvenir que tu as lu certaines de mes fics sans couple du tout.
Suis très flattée que tu lises sans vraiment connaître la série, juste parce que tu apprécie le style

C'est bien possible... Evidemment, certaines personnes sont capables d'écrire n'importe quoi sur n'importe qui mais, quand on tient à la vraisemblance et qu'on a en tête une idée précise des personnages, on peut en effet trouver que certains ratings ne leur conviennent pas. Ça me semble assez logique.
Evidemment, ça me donne envie d'essayer *g* Mais en général, je me dégonfle lamentablement quand il s'agit de faire pour de bon dans l'explicite, surtout en français.
Cybèle Adamcybeleadam on June 15th, 2008 01:27 pm (UTC)
Je n'avais pas pris ça comme une moquerie, mais juste comme une preuve de plus que je ferais peut-être bien de ne pas laisser mon côté slasheuse éclipser complètement le reste. Evidemment, quand on est entourée de slasheuses ou, au moins, de filles avec qui on a fait connaissance par un commentaire (écrit ou reçu) de fic slash, on pense rarement à parler d'autre chose. lol

Suis très flattée que tu lises sans vraiment connaître la série, juste parce que tu apprécie le style ♥
Je le dis et le redis parce que chaque fois, je l'admire. ♥

Evidemment, ça me donne envie d'essayer *g* Mais en général, je me dégonfle lamentablement quand il s'agit de faire pour de bon dans l'explicite, surtout en français.
Je ne te comprends que trop (sauf que moi, c'est même pour le rating en-dessous que "je me dégonfle lamentablement" lol). D'ailleurs, la seule fic de rating supérieur à PG-13 que j'aie mise sur FanFiction.net est en anglais... et sur un compte différent de celui que j'utilise habituellement, parce que je ne voulais pas que des gens que je connais la lise. lol
Azh': happyazhureheart on June 12th, 2008 08:01 pm (UTC)
J'ai oublié de commenter tout à l'heure... Suuuper ! J'aime beaucoup beaucoup beaucoup !

*o*

Ils sont super mimi et j'ai aucun mal à imaginer la scène.
Clair de Lune: pb - michael sara 2clair_de_lune on June 13th, 2008 05:30 pm (UTC)
C'est ma première fic shipper Michael/Sara depuis des lustres, je suis d'autant plus ravie qu'elle te plaise.
Merci beaucoup !
Azh': fic whoreazhureheart on June 14th, 2008 09:57 am (UTC)
J'espère que tu en écriras d'autres parce que c'est vraiment vraiment mon couple préféré dans Prison Break (oui, je suis une slasheuse habituellement mais pour PB... nope)
Clair de Lune: pb - michael saraclair_de_lune on June 14th, 2008 10:49 am (UTC)
J'ai écrit tout un tas de fics Michael/Sara. Parfois uniquement des fics shippers ou parfois en intégrant cet aspect à une histoire plus générale, mais j'ai très peu de PWP ou de trucs avec un rating plus élevé. A part celle-ci, ça doit se limiter à Faux pas et Reality Check ^_^

oui, je suis une slasheuse habituellement mais pour PB... nope
Oui, c'est ce que j'ai cru remarquer ;) Je suis plus ou moins dans le cas inverse, je n'avais jamais écrit de slash, auparavant. Ca ne m'empêche pas de les "shipper", ceci étant dit.
dblelu on June 13th, 2008 03:09 pm (UTC)
Très bon texte, l'interaction entre les deux est savoureuse et j'aime que Sara agisse comme dans la série (elle sait prendre les rênes quand il le faut!).
Michael reste arrogant "« Les murs sont plus solides qu’ils n’en ont l’air, remarque-t-il avec un petit sourire en coin." et ça colle à sa personnalité d'avant la prison.
Comme les autres, si il a une suite, je vais la lire et la commenter aussi.
Clair de Lune: pb - michael saraclair_de_lune on June 13th, 2008 05:31 pm (UTC)
Merci beaucoup :)

Michael reste arrogant [...] et ça colle à sa personnalité d'avant la prison.
Vi. Et Michael à Fox River était encore assez imbu de lui-même. C'est devenu peut-être moins évident durant les saisons 2 et 3 - on va dire que les accrocs à son plan ont ébranlé sa confiance en lui - mais il a quand même encore ses moments ^_^

Comme les autres, si il a une suite, je vais la lire et la commenter aussi.
Hum, je vais de nouveau me débiner et dire qu'Entre les lignes peut faire office de suite :-p Je n'exclus pas complètement d'écrire quelque chose qui se déroulerait entre ces deux histoires, mais j'écris de moins en moins et j'ai de plus en plus de mal avec les fics shippers... On verra bien ;-)